lundi 9 novembre 2009

Les coquelicots, Monet



















I) Présentation de l'œuvre


Titre:
Les coquelicots




Auteur: Claude Monet né a Paris le 14 novembre 1840. Après son retour de l'armée en 1861, sa tante accepte de lui faire intégrer une école d'art. Cependant Monet n'apprécie pas les styles de peinture enseignés à l'université. En 1862, il rencontre Pierre-Auguste Renoir avec qui il va fonder le mouvement impressionniste. Sa célèbre œuvre Impression,Soleil levant, fut présentée lors de la première exposition des impressionnistes en 1874. En 1873, après son emménagement à Argenteuil, il peint le Les coquelicots qui représente la campagne environnante.



Date de réalisation: 1873
Type de l'œuvre: Tableau
Support: huile sur toile
Dimensions: Hauteur 50 cm - Largeur 65 cm
Lieu de conservation: Musée d'Orsay, Paris
Genre: paysage


Contexte historique:
Au XIXème siècle, début de la IIIème république, beaucoup de peintres modernes sont refusés au Salon. Paris est décrite comme un univers de débauche et les peintres impressionnistes représentent les loisirs de cette ville ainsi que les plaisirs qui se trouvent à quelques kilomètres de celle-ci.
Les paysages, l'atmosphère et la lumière sont les thématiques favorites de Monet.



II) Analyse de l'œuvre

Sur cette toile on peut observer un paysage, il s'agit d'un champ de coquelicots. Au premier plan, deux personnages sont présents: une femme avec une ombrelle, vêtue d'une robe bleue-grise et noire. Elle porte un chapeau plus clair qui contraste avec sa robe sombre. Elle paraît raffinée et appartient certainement à la bourgeoisie. L'enfant porte également un chapeau clair tout comme ses vêtements. Il a un coquelicot à sa main. Le champ est séparé en deux: la partie gauche est remplie de coquelicots qui donne un ton rouge et coloré à la toile. Elle semble surélevée, c'est probablement une butte. L'enfant se place sur cette butte. La femme, elle, se trouve sur la partie droite du champ, qui est plus terne, plus sombre. Au second plan, deux personnes sont présentes, également une femme et son enfant. La femme est tout habillée de noire et l'enfant de gris. Les couleurs sont plus ternes que les deux premières personnes au premier plan. A l'arrière plan, se trouve la lisière des bois, de grands arbres sombres sont présents. Au centre de cet arrière plan, il y a une maison qui paraît assez traditionnelle claire qui contraste avec les bois. Le ciel est clair, bleu et avec beaucoup de nuages blancs en mouvement.

La toile est constituée de trois plans. Le premier avec le premier groupe de personnes, le deuxième avec le second groupe de personnes et le troisième avec le ciel et les bois. La ligne d'horizon se situe à la moitié de la toile au niveau du deuxième groupe de personnages (ligne bleue ciel). Elle sépare la partie "ciel" et la partie "terre" La différence entre la grandeur des arbres marque la profondeur de ce tableau, tout comme la différence de taille entre les personnages du tableau ( cercles jaunes) : ce sont les points de force du tableau, là où le regard est attiré. En effet, les personnages au premier plan sont de tailles plus importantes que ceux au second plan. On distingue une butte sur la partie gauche de la toile car les personnages qui se trouvent au second plan sont à un niveau plus haut que ceux qui se trouvent au premier plan tout comme les arbres. Les fleurs sont à un niveau différent aussi, l'élévation du sol est preuve de ce relief. Les coquelicots qui se trouvent sur la butte sont répartis par des amas. Seules quelques zones de la butte en sont dépourvues: elles forment des obliques toutes dirigées vers le groupe de personnes au premier plan. Ces obliques qu'on peut alors qualifier de lignes de fuites donnent du mouvement à l'œuvre, c'est le sens de marche des personnages.
C'est une œuvre peinte à l'huile, à la technique des impressionnistes c'est à dire par petites touches de couleurs. Par rapport au graphisme, on peut voir que les détails sont pratiquement inexistants, le tracé est flou, les objets sont devinés mais pas clairement représentés. Les traits du visage ne sont pas visibles, les vêtements ne sont pas détaillés. On devine les coquelicots par leur aspect rouge et leur forme. Les arbres nous apparaissent au loin donc plus flous et on ne distingue aucun élément. Quant à la maison, on l'imagine très simple, traditionnelle, on perçoit simplement les différences de couleurs qui marquent le toit et les fenêtres.
On peut distinguer trois zones composées chacune de différentes couleurs: Tout d'abord le ciel qui est constitué de différentes nuances de gris et de bleus ainsi que du beige c'est à dire des couleurs froides. Ensuite, la partie droite du champ est composée de ces mêmes couleurs ainsi que de l'orangé clair, un peu plus fade que l'orange qui se situe dans la dernière partie. Celle-ci, placée à gauche du tableau, principalement du rouge donc de couleurs chaudes puis du vert assez clair. La ligne d'horizon, elle, contient une couleur froide: le vert foncé qui représente les arbres. Ceci nous permet alors de distinguer la symétrie de deux couleurs primaires, l'une froide et l'autre chaude : le bleu et le rouge. La couleur rouge se situe en bas à gauche du tableau et la couleur bleue en haut à droite et la ligne de symétrie entre les deux coupe le premier couple de personnes et longe la butte de coquelicots. Toutes ces couleurs, malgré leur opposition restent lumineuses.
La lumière (flèche orangée) semble parvenir de la partie haute à gauche de l'œuvre et suit le mouvement de la butte jusqu'à éclairer l'enfant et la femme au centre de ce tableau. On comprend alors que le soleil est tout à gauche, on ne l'aperçoit pas, il ne fait pas partie de la peinture et prouve bien que l'attention prioritaire est portée vers le premier groupe de personnes.


III) Interprétation de l'œuvre


L’artiste a voulu peindre les loisirs liés à la nature au XIXème siècle en opposition à l’industrialisation de la ville et aux plaisirs liés à celle-ci. Pour cela, Monet s’appuie sur des couleurs vives qui mettent en évidence la joie dans la campagne. Le mouvement et la lumière attirent notre regard vers le premier groupe de personne. Seules quatre personnes sont représentées ce qui contraste avec l’effervescence de la ville. Monet a voulu montrer que le plaisir à la campagne est lié au calme et à la sérénité de l’ambiance. Ce tableau traduit bien le mouvement impressionniste par la technique utilisée c'est-à-dire par les petites touches de couleurs et par l’importance de la lumière qui met en évidence un aspect de la peinture. De plus, la nature est une des thématiques des peintres impressionnistes. En effet, ces derniers peuvent profiter du tube en étain, qui permet le transport des couleurs, inventé en 1850.
Monet présente les Coquelicots au public lors de la première exposition du groupe impressionniste dans les anciens ateliers du photographe Nadar en 1874. On peut dire que cette peinture suit la lignée des tableaux de Monet dans la mesure où la plupart de ces œuvres représentent la campagne et la nature. C’est pourquoi on ne peut pas qualifier Les coquelicots d’innovation.
Alexie Viscera
Barbara Rubino

2 commentaires:

Macdavinci a dit…

Claude Monet est l’artiste qui, depuis Corot, a montré, dans la peinture de paysage, le plus d’invention et d’originalité. Si l’on classe les peintres d’après le degré de nouveauté et d’imprévu de leurs œuvres, il faut le mettre sans hésiter au rang des maîtres.
tableau moderne

Thomas a dit…

Un grand merci pour cette recherche d'histoire des arts qui va beaucoup m'aider pour la mienne.