lundi 30 novembre 2009

Elephant


Bonsoir,

est-il nécessaire de multiplier les plans courts à l'infini pour donner du rythme à un film ?
Le cinéaste russe S. Eisenstein a laissé une marque impressionnante sur le cinéma à partir de séquences surchargées de plans, où l'oeil est littéralement assommé d'images en quelques secondes. De la belle propagande...



Mais il existe des cinéastes qui prennent leur temps, où les plans sont longs et lents. Le film Elephant (Gus Van Sant - 2003 - cf. photo) est symptomatique de ce cinéma. Le cinéaste nous laisse le temps, à nous spectateur, de regarder ce qui se passe, d'imaginer ce que les personnages pensent. Sur l'extrait suivant, la bande originale de Elephant :

Bonne soirée.

3 commentaires:

Gautier Lamboley a dit…

Ahh Elephant j'ai adoré ce film personnellement.
Et toujours de Gus Van Sant il y a aussi Last Days qui multiplie les plans longs et une lenteur de l'action mais que je conseille également :)

Sebastien a dit…

A voir aussi, du meme Gus', Gerry, qui, avec ces deux films là, forme une sorte de trilogie . :)

Sophia a dit…

J'ai un film du même genre pou vous... Seulement comparé à Elephant celui-ci se focalise beaucoup plus sur les problèmes de chaque adolescent et j'ai adoré la fin ... On ne s'y attend vraiment pas!
"2h37" de Murali K. Thalluri