samedi 3 octobre 2009

La nuit Blanche 2 : le bon, le brut et le délirant

C'était la 2è édition de la nuit Blanche à Metz.

On peut d'abord parler d'une véritable montée en puissance de la manifestation... (si on la compare à la première année). La ville s'était habillée de lumières et d'une multitude de choses étranges et souvent artistiques. Cohabitaient comme dans un bon western, l'art bon, l'art brut et le délirant....avec une petite part de médiocre...
Nous laisserons donc sous silence les sujets et performances qui nous ont paru assez éloignés d'une véritable démarche artistique... pour nous concentrer sur ce que nous avons aimé :


La traversée de Metz pouvait démarrer place Jeanne d'Arc dans l'Eglise Ste-Ségolène :
Un "Allo ?" énigmatique était le message que nous pouvions entendre dans la Nef....un enfant sur les épaules de son papa qui a entendu le message reprenait alors "Allo, allo, papa ?".... Le Père ne répondait pas....les voies du Seigneurs sont souvent impénétrables me dis-je intérieurement !!!

Les Trinitaires s'offraient ensuite à nous : dans la crypte, un matelas, un cadavre...et un cercueil rempli d'eau, à la surface de laquelle était projeté l'image d'un homme nu, mort et tout en vert (de Sylvain Barberot) ! Rien d'anormal pour le moment !




Je découvrais la Chapelle de la maternité Ste Croix....dans la cour, la statue du grand obstétricien messin, Morlanne....Je le saluais et j'allais me recueillir auprès des poupées mécaniques de Sir Alice qui avaient investi l'autel...sans gêne, les poupées !



Le FRAC proposait dans sa cour, un campement antarctic avec un joli message de paix et de concorde...l'idée était de mon point de vu, plus belle que la réalisation...... Bref, un peu bof, le truc (la photo de la carte postale distribuée à l'entrée est en fait plus convaincante que l'installation sur le site).

Place Ste-Croix, Noustube (de Jörg Müller) était une performance : un corps entrait dans un tube rempli d'eau et dansait.... très chouette...sur la photo (merci Michael pour la photo)...en fait, nous n'avons vu que le tube vide... moins photogénique !


A l'Hôtel de ville, je me suis intéressé à la triple vidéo appelée Rajamailla de Minna Rainio et Mark Roberts qui décrit la frontière et ses incidences entre la Russie et la Finlande....



Toujours à l'Hôtel de ville, un chapelet de Kouglofs était une oeuvre comestible ....


La Rue Serpenoise était envahie de structures de bois déposées de façon aléatoire (François Génot) pas mal...du tout....Cela faisait penser à la Cité d'Urbicande, BD des dessinateurs Benoit Peters et Schuitten.

L'Arsenal était véritablement envahi par la foule....nous nous sommes arrêtés dans la salle du gouverneur qui proposait un concert électro sur tas d'oreillers (Laurent Bozzolini, alain colardelle et voicu satmarean)




Rue de Verdun, une série de portraits de mains se cachant le visage était affichée sur des panneaux électoraux......belle série de Véronique L'Hoste




A Louis Vincent qui nous ouvrait ses portes également, un Barbie foot et quelques jolies photos dont celles d'Anne Delrez.



La rue Mozart s'était transformée pour l'occasion en rue Berlioz. La maison du Conseil Général s'était rhabillée de lumières, une sorte de boîte à musique au dessus de laquelle Tommy Laszlo revisite l'oeuvre de Berlioz !



video

L'Hôtel Foch nous réserve sur le tard, une belle surprise, pour le moins étrange et décalée. Quatre artistes ont investi ce vieil hôtel ....A côté de la réception, entre les chambres 103 et 107, des choses étonnantes ont lieu. Dans la chambre 103 en particulier, un allemand (Ulrich Ludat) expulse un gars du GIGN (Nico Galiana de la Rosa) manu militari....Il s'ensuit quelques mots d'oiseau en allemand....et en espagnol. Sur la pointe des pieds, un peu gênés nous entrons dans l'intimité de la chambre 103... Ulrich est entrain d'écrire une lettre....sa dernière. Puis il se tire une balle dans la tête...



Après la surprise, la visite de la chambre se poursuit. On enjambe le suicidé....quand le gars du GIGN débarque crie et interroge en espagnol les témoins....Il est temps de partir...c'est glauque et drôle ...j'adore !


Pour conclure, la soirée fut riche en découvertes et très agréable (la météo y contribua beaucoup). Le succès populaire montre qu'il est possible de produire des loisirs culturels, créatifs et diversifiés (sans Disney) . Bravo à la municipalité !

JC Diedrich

Aucun commentaire: