mercredi 5 novembre 2008

La tentation de St Antoine, F Rops, par Mathieu et Céline




"Chaque fois que la vie m'est cruelle, je vais aux forêts et aux plages, je m'isole comme un animal blessé et la nature me berce, me soigne, me guérit ..."

Lettre de Félicien Rops, 1891

Titre : La tentation de Saint Antoine

Auteur : Félicien Rops
Date : 1878
Type : Gravure
Dimensions : 73.8 x 54.3
Lieu de conservation : Cabinet des Estampes Bibliothèque royale Albert Ier, Bruxelles
Genre : scène religieuse

Contexte historique :

Félicien Rops est un artiste belge, né à Namur le 7 juillet 1833 et décédé le 23août 1898. Il n'est pas seulement peintre ou dessinateur, il est aussi lithographe, illustrateur et graveur. Avec un début de caricatureur, on peu découvrir ses illustrations dans les livres de Charles De Coster avec par exemple les aventures de d'Uylenspiegel. Rops reste un grand ami de Baudelaire. Amoureux du grand air, Rops rendit le paysage de manière quasi impressionniste. Sensible aux atmosphères, à l'instant météorologique, il nous évoque la nature au rythme de ses voyages: la mer du Nord, l'Ardenne, le Brabant, l'Entre-Sambre-et-Meuse, l'Espagne, la Scandinavie... Ses différents succès avec ses gravures l'ont mené à Paris, il y illustre les écrits de certains auteurs prestigieux comme Jules Barbey d'Aurevilly ou encore Mallarmé. Pornokratès ou La dame au cochon est très certainement l'œuvre la plus connue de Félicien Rops. Il en existe deux versions : l'une est conservée au Musée Rops à Namur, l'autre est celle que présente Sotheby's, avec une estimation de 250.000 à 350.000 livres sterling (environ 310.000 à 435.000 euros). L'artiste considérait cette œuvre comme l'une de ses meilleures. En 1879, il écrivit à un ami : « Ma Pornocratie est faite. Ce dessin me ravit. ( ... ) J'ai fait cela en quatre jours dans un salon de satin bleu, dans un appartement surchauffé, plein d'odeurs, où l'opopanax et le cyclamen me donnaient une petite fièvre salutaire à la production et même à la reproduction. » Cette femme nue, aux yeux bandés, avançant sur une frise de marbre avec un cochon en laisse, est une image forte de la modernité.Malheureusement, malgré ceci, il reste dans l'ombre, car ses oeuvres ayant un fin caractère érotique lui porte préjudice. Rops a aussi un goût démoniaque, morbide et satanique. Ses relations avec de nombreux littéraires seront préservés jusqu'à sa disparition

Analyse technique de l'oeuvre

Description de l'oeuvre :

Au premier plan, nous pouvons voir Saint Antoine, les mains sur la tête. Il est chauve et a une barbe d'une couleur brune. Il n'a que un semblant de tunique noire qui nous laisse voir ses jambes. D'ailleurs nous pouvons voir qu'il a un genoux au sol. Il a l'air choqué, scandalisé par ce qu'il voit. Sur sa droite, nous pouvons voir un livre ouvert avec une gravure et une phrase illisible. Au sol à l'extreme droite, nous pouvons apercevoir un gros livre et un peu plus en retrait deux livres entassés avec, appuyé dessus un cochon, que nous retrouvons d'ailleurs dans le tableau Pornocratès de Rops. Sur ce tableau, il guide une femme avec les yeux bandés. Ce cochon est dirigé vers la gauche, il regarde le centre du tableau ou se trouve une femme nue sur la croix.

La femme nue a une chevelure brune presque rousse, avec une couronne de fleurs sur la tête. A gauche de la croix se trouve le Christ, très maigre avec du sang sur la poitrine, des stigmates sur les mains, un halo jaune au dessus de la tête et la couronne d'épines. Il a été enlevé de la croix. A droite de celle-ci, nous pouvons voir un bouffon habillé en orange, qui lui nomme " drôle de moine " dans une de ses lettres. Il a un sourir et il dirige son regard sur Saint Antoine. Ce bouffon est satan qui est aussi représenté sous d'autres traits par Rops que le bouffon, comme l'empereur du plaisir charnel et le dandy. Ainsi le peintre montre que le diable peut être en chaque homme.

Sur le haut du tableau, des cupidons avec des têtes de mort sont dans le ciel. Nous avons l'impression qu'ils jouent. Autour d'eux se trouvent des petits fleurs.

Composition :



Le tableau est compsé d'un triangle formé par Satan et le Christ, avec la croix et la femme en son centre. Une première ligne diagonale peut passer à travers Jésus et continuer vers le cochon. Une deuxième ligne diagonale passe par satan et va jusqu' à Saint Antoine. Une dernière ferme le triangle avec les bras et la plus petite partie de la croix.



Technique utilisée :

Félicien Rops aborda la gravure en véritable précurseur. Commençant par la lithographie, il s’orienta vite vers la gravure sur métal ou « taille douce ». On distingue deux types de gravures : la gravure originale et la gravure de reproduction. Dans la gravure originale, trois techniques apparaissent : la gravure en relief où l’artiste fait ressortir le dessin de la matrice ; la gravure en creux où le sujet est incisé directement dans la surface de la matrice et la gravure à plat où la matrice ne sera en rien entamée, par contre ses propriétés chimiques seront modifiées en profondeur. Ici le peintre utilise l'héliogravure.


Dessin :

Rops utilise une nouvelle technique de dessin sur cet oeuve, mais aussi avec son célèvre Pornocratès. Effectivement, il associe pastel, aquarelle, gouache, crayon de couleur. Ainsi son tableau est net et précis. On peut aussi voir des coups de crayons sur la toile.

Voici les paroles de Rops décrivant sa démarche:

"Je tâche tout bêtement et tout simplement de rendre ce que je sens avec mes nerfs et ce que je vois avec mes yeux, c'est là toute ma théorie artistique. J'ai encore un autre entêtement, c'est celui de vouloir peindre des scènes et des types de ce XIXème siècle, que je trouve très curieux et très intéressant; les femmes y sont aussi belles qu'à n'importe quelle époque, et les hommes sont toujours les mêmes. De plus, l'amour des jouissances brutales, les préoccupations d'argent, les intérêts mesquins, ont collé sur la plupart des faces de nos contemporains un masque sinistre où "l'instinct de la perversité", dont parle Edgard Poe, se lit en lettres majuscules; tout cela me semble assez amusant et assez caractérisé pour que les artistes de bonne volonté tâchent de rendre la physionomie de leur temps."




Les couleurs :

Les couleurs sont froides, le sol et la partie gauche du tableau sont les plus sombre. Le ciel a une couleur bleu-gris, qui s'assombrit lorsque nous approchons du sol. Saint Antoine est très sombre qui ne fait pas très humain. Sur la droite du tableau les couleurs sont plus clair, avec un jaune dans le fond et l'habit orange de Sante, qui se trouve être la couleur la plus chaude du tableau. Les cheveux de la jeune fille reste clairs par rapport au reste. Le livre aussi est clair, come illuminé, avec que Saint Antoine, juste à côté n'est que très peu éclairé.


La lumière :

La lumière vient de la gauche du tableau vers le milieu. Cette lumière éclaire le bouffon et une partie du ventre ainsi que sa jambe. Le livre est aussi très lumineux mais n'éclaire que très peu. Le genoux droit de la jeune fille est un peu éclairée. Le dos et la tête du cochon sont aussi illuminé. Les cupidons restent dans l'ombre tout comme le Christ.


Interprétation de l'oeuvre

Sens de l'oeuvre

Rops n'étant que très peu croyant et un des derniers satanisants, ne pose pas d'opposition entre le Ciel et l'Enfer dans ce tableau. Rops représente le côté négatif, le reflet de la société de la fin du siècle. Ainse en utilisant une thématique tel que le satanisme, celui lui permet de choquer la bourgeoisie et leurs valeurs conventionnelles. Il n'a pas non plus d'idée visant une quelconque éroticité. Cette femme a été faite sans idée de lubricité, comme il le dit à son ami le peintre François Taelemans en 1878.


D'une habitude à représenter le Diable sous la forme de dandy avec l'élégance même. Rops se décide a montrer ce personnage à l'aide du bouffon. Saint Antoine, le personnage représenté au premier plan à droite, a été,à la manière du Christ, tourmenté par les tentations du Diable; mais si pour le Christ cela ne dure que quarante jours, pour Antoine c'est beaucoup plus long et plus difficile, les démons n'hésitant pas à s'attaquer à sa vie. Mais Antoine résiste à tout et ne se laisse pas abuser par les visions tentatrices qui se multiplient. Ce tableau représente l'une des visions libidineuses de Saint Antoine. Voulant se receuillir aux pieds du Christ il se rend compte qu'une femme nue est à sa place. Le Diable a simplement fait une farce au Saint en ayant remplacé les deux. Les cupidons morbides lancent des fleurs en haut du tableau ce qui rappelle les tableaux religieux, mais ici il y a un rapprochement avec la mort ( leur tête de mort ) et la tentation ( la jeune femme ) . Rops montre les faiblesses de son temps grâce à son oeuvre.



Rops écrira encore à propos de cette oeuvre:


"Voici à peu près ce que je voulais faire dire au bon Antoine par Satan (...) Je veux te montrer que tu es fou mon bon Antoine, en adorant tes abstractions! Que tes yeux ne cherchent plus dans les profondeurs bleues le visage de ton Christ, ni celui des Vierges incorporelles! Tes Dieux ont suivi ceux de l'Olympe (...) Mais Jupiter et Jésus n'ont pas emporté l'éternelle Sagesse, Vénus et Marie l'éternelle Beauté! Mais si les Dieux sont partis, la Femme te reste et avec l'amour de la Femme l'amour fécondant de la Vie".



Rops nous montre que la tentation a " vaincu " la religion en réalisant une oeuvre où le Christ chute, et la Femme reste, le péché et la tentation l'emporte sur la religion.

Contextualisation et portée de l'oeuvre


Pris dans la frénésie du salon de 1878 et de la grande exposition, Rops travaille avec acharnement. Son talent s'épanouit pleinement et il cherche de nouvelles techniques en dessin, il associe pastel, aquarelle, gouache, crayon de couleur. Son tableau fait réagir ses contemporain car il nous montre une vision allégorique et ironique de l'emprise du sexe sur la réalité. La nudité ropsienne est née, cette nudité montrée avant l'heure, Rops la montre sous un jour plus intense, dégageant un frisson inconnu qui doit exister dans le domaine de l'art. l'histoire ne s'arrête pas la car son œuvre nous montrant une femme crucifié ainsi que ses penchant satanique choque l'église et a cette époque, qui choque l'église choque à peu près tout le monde. Aujourd'hui cette œuvre au gout plus que particulier ne créera plus un "soulèvement de foule" comme a l'époque; disons qu'il aura dévoiler son art un siècle trop tôt.



Avis Personnel

La Tentation de Saint Antoine est une oeuvre assez " douteuse " quand à ses messages, car le style de Rops est hors de son époque. Non pas que ce tableau nous ai déplu, mais malgré notre ouverture d'esprit, elle nous met mal à l'aise. Un style vraiment différent des normes et que nous qualifirions de glauque. Le message que ce tableau laisse passer montre bien les faces cachés de la société, et ce qui pourra mener l'homme, même un homme de Dieu, à sa perte.






4 commentaires:

Néa Tandini a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Néa Tandini a dit…

Bon travail, beau blog.
Continuez comme ça!

Anne-Sarah N'Kuna Mayama a dit…

Superbement bien expliqué !
J'ai l'impression de lire l'un de mes cours d'histoire de l'art. Votre travail m'a beaucoup aidé pour une analyse esthétique.

Merci beaucoup !

Bernie a dit…

RE: "Avis Personnel"

Cet "avis personnel" est une plaisanterie ou est-ce recopié d'un journal de curé du XIXe siècle ??

-------

"La Tentation de Saint Antoine est une oeuvre assez " douteuse " quand à ses messages, car le style de Rops est hors de son époque" [bourgeoise et bien-comme-y-faut ! dans une ville de province, en plus].

"Un style vraiment différent des normes et que nous qualifirions de glauque-

"Glauque" ?
[sainte Nitouche, priez pour nous !].

"Le message que ce tableau laisse passer montre bien les faces caché[E]s (?) de la société, et ce qui pourra mener l'homme, même un homme de Dieu, à sa perte." (!!!)

-- Vous avez bien lu "A SA PERTE" !!!!
C'est catho, puritain, calviniste, au choix, mais religieux EN DIABLE ! :-)
Bonne journée !